Asie, Finances

Combien nous ont coûté deux mois au Japon

La question qui se pose maintenant que nous sommes revenus de notre voyage de 2 mois au Japon, c’est: a-t-on réussi à respecter le budget établi avant notre départ ?
Avant de plonger dans les détails, je me permets de citer Jérémy qui lui aussi a effectué un voyage nippon de 2 mois: « le Japon est un pays où on paie énormément en liquide », et donc ça peut être difficile de garder trace d’absolument tout.
Dans mon cas, il y a environ 50€ dont je n’ai aucune idée de la manière dont ils sont partis… Pourtant je pensais avoir tout noté! Bref, sans plus attendre, les résultats:

 Dépenses réelles (€)Recettes (€)
Transports
Billets d'avion1141
Transports (bus + métro)729
Logement
2 nuits à Tokyo au Mitsui Garden (pour récupérer)220
Osaka 1 mois673
Tokyo 1 mois723
Location de notre appartement1300
Nourriture
Epicerie + restaurant2123
Frais divers
Pocket wifi125
Loisirs (Arcade/Sento/Onsen/etc.)264
Sous-totaux~6000€1300
Coût TOTAL4700€

A noter que j’ai utilisé le taux de 1€ = ¥128.

Nourriture

2123€ dépensés au lieu des 1400€, soit un dépassement de budget de plus de 700€… Que s’est-il passé ? Hé bien je crois que l’on a largement sous-estimé la partie sociale de notre petite aventure à Tokyo. A Osaka, ne connaissant personne, nous avons pu être raisonnable et faire des repas aux alentours de notre objectif, à savoir ¥730. En pratique, on dépassait tout de même souvent ce budget à Osaka, mais vraiment le pire c’était Tokyo et ses sorties entre amis. Difficile de dire non à des restaurants de bons sushis, de sukiyaki ou même encore à des « vrais » restaurants (même non-japonais, une fois nous sommes allés manger de la cuisine vietnamienne c’était succulent).

Et donc par opposition, toutes les fois où nous avons mangé pour ¥600-730, c’était dans des « fast-food » à la japonaise, à savoir Yoshinoya ou Sukiya, ou bien alors dans les konbini. Le rapport qualité-prix est tout de même assez imbattable, relativement aux fast-food américains.

Logement

Je ne m’étends pas tellement sur les coûts de nos logements, puisque c’était payé d’avance sur Airbnb (+ 2 nuits d’hôtel à notre arrivée). Par contre l’expérience humaine a été beaucoup plus appréciable à Osaka, grâce à Nami, notre hôte avec qui nous avons pu partager beaucoup de bons moments, comme cette soirée takoyaki où elle nous a montré comment les faire.

A Tokyo, c’était plutôt impersonnel, voire le minimum syndical. Au final, les caractéristiques étaient les mêmes: chambre de 10 m² mal, mal chauffée, avec 2 lits simples et un frigo, un accès à une cuisine beaucoup trop rudimentaire pour y faire quoique ce soit d’autre que chauffer de la nourriture achetée à l’extérieur. Celle de Tokyo étant 50€ plus cher…

Le gros bonus, par contre, c’est de s’être faits inviter pour un week-end, par les parents d’un ami à Iwaki, dans la préfecture de Fukushima.

Sous-total: 1616€, mais en grande partie compensés par la location de notre appartement en France pour 1300€.

Transports

Outre le déplacement pas prévu pour se rendre dans la préfecture de Fukushima depuis Tokyo comme mentionné à l’instant, l’inconnue se situait surtout dans les transports en métro dans Osaka ou Tokyo. Et là où on a été bizarrement ultra-clairvoyants, c’est que d’une estimation un peu au pif de 150€/mois/personne pour le métro et donc un total de 738€ pour deux lorsqu’on inclut le bus A/R entre Tokyo et Osaka, on se retrouve à avoir dépensé en réalité… 729€! Quelle précision! Je me demande à quel point les 50€ dont je ne retrouve pas la trace ne pourraient pas être ici, vu que pour recharger nos cartes Pasmo/Suica c’était systématiquement en liquide. Et qu’on l’a fait un peu plus d’une vingtaine de fois à coup de ¥2000.

Par ailleurs, les bus longue distance (équivalent des bus « Macron » en France, quoiqu’un peu plus chers) sont vraiment très bien et permettent de voir du pays, on ne regrette absolument pas de ne pas avoir pris de JR Pass. Par contre pour un voyage plus court, il faut bien sûr se poser la question.

La Flamme d’Or (design by Philippe Starck)

A Osaka, la proximité de toutes ces villes (Kyoto, Nara, Kobe) rend l’expérience du réseau ferroviaire plus « rentable » tandis qu’à Tokyo pour le même prix, hé bien on reste à Tokyo. Alors certes, dans un quartier différent, mais quand même. Bon, pas besoin d’être grand scientifique pour comprendre que j’ai préféré Osaka à Tokyo, de loin.

Pour l’anecdote, je me suis fait embêter une fois à Tokyo dans un métro à 11h du matin par un homme saoûl qui commençait à me crier dessus en Japonais. Des passagers se sont vite interposés en l’expulsant à la station d’après. Comme quoi ça arrive aussi au Japon!

Dépenses diverses

Ici je n’avais mis aucune valeur, alors que j’aurais dû. Car au final, entre les sessions de jeu vidéo, les sorties bowling, ou encore l’entrée des bains publics, finalement ça chiffre et c’est culturel! (Par contre je n’inclus volontairement pas les cadeaux car je considère de moins en moins que ça fasse partie du voyage).

Pas grand chose à dire sur le coût du pocket wifi, à part qu’on a dû prendre une petite extension de durée à la fin du séjour…

Une chose que j’ai complètement oubliée de mentionner, c’est que pour mon anniversaire, je nous ai offert à Lily et moi des places pour aller voir Special Others, groupe de jazz/post-rock que j’avais découvert un an auparavant par hasard. ¥4000 le ticket, pour un concert purement « local » (le groupe est de Yokohama, et ils ont joué à Shibuya), soit 62,5€ pour deux.

Sous-total: 389€ de dépenses diverses et variées.

En conclusion, nous avons dépensé environ 6000€ (je dirais plus ou moins 100€) pour 2 mois, mais le coût total est de 4700€ puisque nous avons récupéré 1300€ via la location de notre appartement. On arrive à une moyenne de 1175€ par mois et par personne (excluant les cadeaux).

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire!